Vivre à Dieu seul
Et se tenir en sa présence,
Tout quitter pour atteindre la paix,
Choisir le silence
Pour saisir la Parole,
Pour être ce disciple aux aguets
D’un mot, d’un ordre…

Fuir au désert,
Mais rassembler dans la louange,
Consentir à toujours commencer,
Traduire en patience
Le désir du Royaume,
Pouvoir être trahi sans cesser
De croire aux hommes…

Voir l’univers
À sa mesure véritable,
L’univers comme un point lumineux,
Léger grain de sable
Que l’amour transfigure,
Savoir que toute chose est en Dieu
Précieuse et pure…

Craindre sans peur,
Dans l’abandon de tout son être,
N’avoir rien de plus cher que le Christ,
Servir le seul Maître
Dont le joug rende libre :
Ainsi, dans la douceur de l’Esprit,
Benoît se livre.

Hymne CFC
Pour la fête de saint Benoît

 

La vie monastique à l’école de saint Benoît – 6ème siècle

 

Originaire de Nursie, dans le centre de l’Italie, Benoît fonde
un monastère au Mont-Cassin. ll rédige une Règle de vie,
pétrie d’expérience, empreinte d’humanité, de sens de Dieu
et de mesure.

Selon cette Règle, avec le soutien de ses frères, le moine
cherche Dieu en tout temps et en tout lieu : dans la prière
liturgique ou communautaire, la lectio divina ou lecture priée
de la Parole de Dieu, le travail, souvent manuel, dont il vit.